Épreuve pratique du permis de conduire : la conduite - ActiROUTE

Épreuve pratique du permis de conduire

L’objectif de l’épreuve est de s’assurer que l’apprenti conducteur est prêt à prendre le volant seul.

Chaque année, ce sont plus de 1,5 millions de candidats qui se présentent à l’examen du permis. Pour l’obtenir, il devra être capable de conduire en toute sécurité quelle que soit la situation rencontrée. Chacune de ses compétences sera notée selon un barème précis. Pour valider l’épreuve pratique du permis de conduire, il devra obtenir au moins 20 points sur 31 et ne pas commettre de fautes éliminatoires.

Sommaire

Le système de notation de l’épreuve pratique

Le déroulement de l’épreuve pratique du permis

Une fois le nouveau permis de conduire obtenu

Tout sur l’épreuve pratique du permis

Le système de notation de l’épreuve pratique du permis de conduire

La grille d’évaluation de l’examen du permis de conduire

Pour évaluer le candidat, l’inspecteur du permis de conduire utilisera une grille d’évaluation. La grille dresse un bilan de compétences du conducteur autour de trois thématiques principales : connaître et maîtriser son véhicule, appréhender la route et partager la route avec les autres usagers. Le barème de la grille se base sur 29 points. Le candidat peut gagner 2 points supplémentaires pour les compétences : courtoisie au volant et conduite économique et respectueuse de l’environnement. Pour réussir l’épreuve pratique, il doit obtenir au minimum 20 points mais sans commettre de fautes éliminatoires.

Les fautes éliminatoires de l’épreuve pratique du permis de conduire

Si le jour de l’examen de conduite, certaines fautes commises par le candidat peuvent être admises ou tolérées, une faute éliminatoire entrainera fatalement l’échec à l’examen. L’inspecteur du permis de conduire considèrera comme fautes éliminatoires toute action, non action ou comportement dangereux du candidat qui mettra directement en danger la sécurité des usagers de la voie publique. D’ailleurs, l’intervention physique ou verbale de l’inspecteur est souvent synonyme d’ajournement.

Si par exemple, il intervient sur les pédales ou sur le volant pour éviter une situation dangereuse ou encore qu’il vous signifie verbalement que vous auriez dû vous arrêter au stop ou céder la priorité.

Le déroulement de l’épreuve pratique du permis de conduire

Vérifications techniques de l’épreuve pratique

Lors du passage du permis, le candidat sera évalué sur la compétence « effectuer des vérifications du véhicule ». S’il répond correctement aux vérifications techniques demandées, il obtiendra 3 points. Depuis janvier 2018, cette partie de l’examen du permis comporte désormais 3 questions : une question portant sur une vérification intérieure ou extérieure, une deuxième question sur la sécurité routière et enfin une dernière sur les premiers secours. Les questions seront tirées au sort au hasard. Ce sont les deux derniers chiffres du totalisateur kilométrique qui attribueront le numéro de la question au candidat.

Installation au poste de conduite

Bien s’installer au poste de conduite permet d’avoir une bonne visibilité, une meilleure maîtrise des commandes. De même, une bonne installation au poste de conduite permettra au candidat d’obtenir 2 points. Avant de prendre la route, le candidat devra effectuer plusieurs réglages. D’abord régler son siège en appuyant à fond sur la pédale d’embrayage puis régler son volant et son dossier. Ensuite, il devra régler ses rétroviseurs pour avoir la meilleure visibilité possible. Enfin, il devra mettre sa ceinture et à s’assurer que tous les passagers l’aient aussi.

Conduite et contrôle au volant

Durant l’épreuve pratique du permis de conduire, le candidat devra conduire pendant une durée de 25 minutes à la fois en agglomération à allure modérée et sur route ou autoroute à allure soutenue. L’examinateur pourra ainsi l’évaluer dans diverses situations. Durant la conduite, il sera primordial pour le candidat d’effectuer des contrôles au volant afin de prendre un maximum d’informations sur son environnement. Il existe trois types de contrôles au volant : le regard à travers le pare-brise ou les autres vitres, le regard dans le rétroviseur intérieur et extérieur et le contrôle des angles morts.

Manoeuvres de l’épreuve pratique du permis de conduire

L’épreuve pratique testera le candidat sur ses aptitudes à maîtriser le véhicule. Le candidat doit notamment effectuer deux manoeuvres différentes dont l’une en marche arrière. La première manœuvre sera imposée par l’examinateur. Pour la seconde, le candidat pourra choisir la manœuvre et l’emplacement de son choix pour la réaliser. Il existe 9 types de manoeuvres : la marche arrière en ligne droite, la marche arrière en courbe, le créneau, le rangement en épi en avant, le rangement en épi en arrière, le rangement en bataille en marche avant, le rangement en bataille en marche arrière, le demi-tour et l’arrêt de précision.

Test de vue de l’épreuve pratique du permis de conduire

Pour passer son permis, le candidat sera testé sur sa vue. L’inspecteur lui demandera par exemple de lui lire un panneau. C’est l’arrêté du 18 décembre 2015 qui indique quelles altérations de la vue ne sont pas compatibles avec l’obtention du permis : « Tout candidat au permis de conduire devra subir les examens appropriés pour s’assurer qu’il a une acuité visuelle compatible avec la conduite des véhicules à moteur. S’il y a une raison de penser que le candidat n’a pas une vision adéquate, il devra être examiné par une autorité médicale compétente. L’attention devra porter plus particulièrement sur l’acuité visuelle, le champ visuel, la vision crépusculaire, la sensibilité à l’éblouissement et aux contrastes et la diplopie, ainsi que sur d’autres fonctions visuelles qui peuvent compromettre la sécurité de la conduite ».

Examen blanc du permis de conduire

Comme pour un examen blanc scolaire, l’examen blanc aura pour objectif d’entraîner le candidat avant de passer le permis. Il se déroulera donc dans des conditions similaires à l’épreuve pratique du permis. C’est le moniteur d’auto-école qui jouera le rôle de l’inspecteur. Comme le jour J, l’épreuve durera environ 35 minutes. L’apprenti conducteur sera évalué sur son installation au poste de conduite, sur sa conduite et la réalisation des manœuvres demandées mais aussi sur ses connaissances techniques.

C’est pourquoi le candidat sera noté en se basant sur la grille d’évaluation de l’examen officiel.

L’épreuve pratique les candidats libres

Sont désignés comme candidats libres tous les candidats se présentant à l’épreuve pratique du permis de conduire sans être inscrit dans une école de conduite. C’est donc seul qu’ils devront se préparer à l’épreuve théorique puis à l’épreuve pratique et entreprendre toutes les démarches administratives. Avec la réforme du permis, chaque année le nombre de candidat libre est en constante augmentation. Ils étaient 4023 candidats à se présenter en 2016 contre 3081 en 2015.

Une fois le nouveau permis de conduire obtenu

La loi Macron a bouleversé la formation traditionnelle pour obtenir un permis de conduire. Cet examen s’est modernisé avec l’entrée de nouveaux acteurs privés. Ces derniers peuvent désormais faire passer l’épreuve théorique du code. Avec les nouvelles technologies, l’établissement d’enseignement 2.0 a vu le jour offrant ainsi une formation pratique et théorique pour aider les candidats à passer le permis de conduire. Lorsqu’ils viennent d’obtenir leur permis à points, leur capital points est de 6 points : c’est un permis probatoire.

La période probatoire dure généralement 3 ans en cas de non-infraction. Pour ceux qui n’ont pas suivi un apprentissage de la conduite classique (formation à la conduite traditionnelle, la conduite supervisée ou formation permis en candidat libre) mais un apprentissage anticipé de la conduite (AAC ou conduite accompagnée) la période probatoire est de 2 ans.

En cas d’annulation / d’invalidation du permis

D’autre part les personnes qui doivent repasser l’examen du code de la route ou l’épreuve pratique suite à une annulation du permis sont de nouveau considérées comme jeunes conducteurs. Notez que les conducteurs qui commettent une infraction entrainant un retrait de points égale ou supérieur à 3 points pendant la période probatoire devront obligatoirement suivre un stage de récupération de points. Cette formation théorique a pour objectif l’éducation routière. Elle vise à sensibiliser les conducteurs sur l’importance du respect des règles de circulation routière. Avec les stages permis à points, les conducteurs pourront ajouter 4 points supplémentaires à leur solde de points.

Pour tout savoir sur l’examen du permis

Si vous voulez passer votre permis, vous pourrez aussi lire les informations sur :