Accompagnateur en conduite accompagnée : rôle, conditions, sanctions - ActiROUTE

Accompagnateur en conduite accompagnée

La conduite accompagnée peut se réaliser auprès de plusieurs accompagnateurs.

L’Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC) aussi appelé conduite accompagnée permet aux jeunes de démarrer leur formation théorique pour passer le permis dès l’âge de 15 ans. Une fois avoir réussi l’examen du code et achevé la formation initiale de 20 heures minimum avec un moniteur d’auto-école, la période de conduite accompagnée peut débuter. L’apprenti conducteur pourra alors commencer à prendre le volant avec son accompagnateur. Pour devenir accompagnateur, il faudra respecter certaines conditions. Notons que son rôle sera déterminant dans la formation de l’élève.

Sommaire

Quel est le rôle de l’accompagnateur en conduite accompagnée ?

Quelles sont les conditions pour être accompagnateur en conduite accompagnée ?

Les sanctions encourues en cas d’infractions routières

En savoir plus sur les autres méthodes d’apprentissage de la conduite

Le rôle de l’accompagnateur en conduite accompagnée

L’accompagnateur a une fonction très important dans la formation à la conduite de l’apprenti conducteur. Son rôle principal sera de préparer au mieux l’élève à passer l’épreuve du permis de conduire. Durant la phase de conduite accompagnée, celui-ci doit parcourir au moins 3000 km sur une durée minimale d’un an. Il s’agit donc un engagement sur le long terme à ne pas prendre à la légère.

Comme pour l’examen de conduite, l’accompagnateur en conduite accompagnée doit connaitre et faire respecter scrupuleusement le code de la route. Il doit notamment les limitations de vitesse applicables aux jeunes conducteurs avec un permis probatoire. Il doit aussi apprendre à conduire en étant pédagogue et en transmettant les bons réflexes de conduite. Enfin, il devra faire en sorte que l’apprenti conducteur emprunte des parcours diversifiés : agglomération, route, autoroute et route de campagne.

Pour qu’il se confronte à différentes conditions de circulation : conduite de nuit, sous la pluie, avec du brouillard… L’accompagnateur devra également être présent lors des rendez-vous pédagogiques fixés par l’auto-école. Notez qu’il y a 3 rendez-vous pédagogiques obligatoires. Le premier rendez-vous permet à l’élève de commencer à conduire avec son accompagnateur. Le second a lieu entre 4 et 6 mois après le début de la formation, lorsqu’environ 1000 km ont été parcouru. Enfin le dernier rendez-vous s’effectue quand les 3000 kilomètres sont parcourus.

Quelles sont les conditions pour être accompagnateur ?

Comme la formation pratique en conduite accompagnée s’étale sur au moins un an. Pour des raisons pratiques, il est tout à fait possible d’avoir plusieurs accompagnateurs. Le plus souvent, ce sont les parents qui jouent ce rôle. Toutefois l’accompagnateur peut très bien être choisi hors du cadre familial. En revanche, on ne s’improvise pas accompagnateur.

Pour être en règle, celui-ci devra respecter les conditions suivantes :

  • Être titulaire du permis de conduire B depuis au moins 5 ans sans interruption. Autrement dit il ne doit pas avoir fait l’objet d’un retrait de permis ou d’une suspension de permis
  • Être mentionné sur le contrat de formation signé entre l’école de conduite et l’apprenti
  • Avoir déclaré son rôle d’accompagnateur. De même, avoir obtenu l’accord préalable de sa compagnie d’assurance pour le véhicule qui sera conduit par l’apprenti

Sanctions encourues pour l’accompagnateur en conduite accompagnée

Attention, l’accompagnateur est responsable de la conduite de son élève. De ce fait, il doit rester attentif, concentré et vigilent à chaque instant. L’apprenti n’est pas son chauffeur. Dans le cadre de la formation AAC, il ne doit pas lui déléguer la conduite du véhicule. Il ne doit pas le laisser rouler sur la voie publique sans surveillance. Pour lui permettre de se présenter à l’examen du permis de conduire dans les meilleures conditions, il devra le superviser, le guider et le corriger en cas d’erreurs. Lorsque l’élève commet des infractions, l’apprenti conducteur et l’accompagnateur seront sanctionnés.

Pour l’apprenti, l’infraction sera inscrite sur son livret d’apprentissage. Une copie sera envoyée aux services préfectoraux. Quant à l’accompagnant, il devra s’acquitter du montant de l’amende correspondant à l’infraction. En plus, il risque une perte de points sur son propre permis de conduire. Notez aussi qu’en cas de dépistage d’alcoolémie ou de stupéfiants, l’accompagnateur ne doit pas dépasser la limite autorisée. Les sanctions encourues sont les mêmes que si l’accompagnateur était au volant sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiant. Pour un taux d’alcool supérieur à 0,5g/L, il s’expose à une amende pouvant aller jusqu’à 4500 €. Il subit aussi un retrait de points, une suspension de permis et même une peine d’emprisonnement.

Pour en savoir plus sur les autres méthodes d’apprentissage

Si vous ne désirez pas passer votre permis de manière classique, vous serez peut-être intéressé par :