Échec au code de la route - ActiROUTE

Échec au code de la route

Suite à l’échec au code, il ne faut pas se laisser démoralisé mais tentez de transformer cet échec en atout en apprenant de vos erreurs.

Vous avez passé l’examen théorique et avez reçu le résultat du code ? Malheureusement vous avez été ajourné, vous êtes sans doute déçu, frustré voir abattu mais il ne faut pas que l’échec au code de la route vous démotive complètement ! Il faudra accepter la situation et rebondir après ce revers car rappelons que passer avec succès l’examen du code de la route est indispensable pour obtenir le permis de conduire. Voyons comment tirer profit de cet échec et le transformer en avantage.

Sommaire

Mettre toutes les chances de son côté pour réussir son code

La réinscription après un échec au code de la route

Apprendre de ses erreurs

Tous les candidats à l’examen du permis n’ont pas réussi à passer le code dès le premier coup. Après un échec au code de la route, il ne faut pas rester dans un état d’esprit négatif. De nombreuses raisons peuvent conduire à un ajournement. Le candidat doit accepter la situation, dédramatiser et tenter de comprendre les raisons de son échec au code de la route.

Revoyez votre méthode d’apprentissage

Pour exemple, si vous avez vraiment commis beaucoup de fautes par rapport aux 5 tolérées, peut-être n’étiez-vous pas suffisamment bien préparé. La méthode choisie pour apprendre le code ne vous convenait sans doute pas. Vous pourriez éventuellement investir dans un livre de code (code rousseau) ou un dvd rom spécialisé. Vous pourriez aussi tester des cours de code avec une monitrice / moniteur d’auto-école. Une autre solution peut-être de suivre un stage code. Il s’agit d’une formation théorique intensive concentrée sur quelques jours. Il est aussi possible de réviser le code avec un établissement d’enseignement en ligne.

Concentrer son apprentissage sur certains thèmes

En cas d’échec au code de la route, le nombre de fautes commis par le candidat lui est communiqué. Ainsi il aura l’occasion de retravailler les thèmes qu’il maîtrise le moins. Il pourra focaliser son apprentissage sur ses points faibles. Par exemple si ce sont les questions sur la signalisation routière qui ont particulièrement posé problème, concentrez vos leçons de code sur les panneaux de signalisation. Des tests de code de la route peuvent aussi permettre aux candidats de s’entrainer en conditions réelles.

Gérer son stress et restez attentif

Vous avez commis 6 fautes au lieu des 5 autorisés, bien sûr c’est rageant ! Passer un examen est souvent source de stress pour les candidats. L’avantage en cas d’échec au code de la route, est que vous connaissez à présent le déroulement exact de l’examen. Vous savez à quoi vous attendre, ce qui peut être moins anxiogène. Comme le code est la première étape pour passer le permis, il ne faut pas laisser cet enjeu vous faire perdre confiance en vous. Essayez un maximum de rester concentré afin de ne pas céder à la panique. Une seule erreur d’inattention peut vous faire rater l’examen.

Repasser l’examen après un échec au code de la route

La réforme du code de la route avec l’adoption de la loi Macron en 2016 a bouleversé l’examen du code, avec notamment un nouveau code de la route. Il comprend désormais 1000 questions réparties en 10 grands thèmes. De plus, afin de réduire les délais d’attente, l’organisation de l’épreuve a été externalisée et confiée à des opérateurs privé comme SGS ou La poste par exemple.

En cas d’échec au code de la route, vous pourrez vous inscrire en ligne auprès de l’un des opérateurs agréé par l’état. La réinscription pourra se faire assez rapidement et dès que vous vous sentez prêt. Il faudra seulement débourser 30€ (somme fixée par décret). Notez que l’école de conduire n’est plus autorisée à facturer des frais de présentation à l’examen. Rappelons aussi que pour être admis, le candidat doit répondre à un QCM (Questionnaire à Choix Multiples) de 40 questions en commettant 5 fautes au maximum.

Il faut savoir que pour obtenir un permis de conduire en France, peu importe les différentes catégories de permis de conduire envisagée (permis voiture, permis moto ou permis poids lourd) ou la méthode d’apprentissage choisie (la filière traditionnelle, la conduite supervisée, conduite accompagnée ou candidat libre) passer son code sera la première étape dans le passage du permis de conduire. Une fois obtenu, sa durée de validité sera de 5 ans.